En savoir plus !
Dreyse Mle 1841

Dreyse Mle 1841
Origine: www.lehussard.fr

Caractéristiques:

Calibre: 13,60 mm.
Longueur totale: 1,425 m.
Longueur du canon: 0,907 m.
Poids vide: 4,975 kg.
Capacité du magasin: 1 coup.
Pays: Allemagne.

Généralités:
La version définitive du fusil d'infanterie, qui portera par la suite la dénomination de modèle 1841; se montre révolutionnaire par son mécanisme et son mode de fonctionnement.
En revanche, sa silhouette et ses dimensions restent fidèles au modèle antérieur à silex de 1809/1812. La crosse demeure étroite, très peu pentée et elle présente une joue de relief sur son côté gauche. Se retrouve également les garnitures en laiton et l'aspect piriforme de la tête de baguette. Mais la fabrication de cette nouvelle arme s'avère beaucoup plus complexe; quarante trois pièces entrent dans sa conception, dont l'élaboration nécessite environ cinq cents opérations.

Description:
Le canon possède quatre rayures avec un pas constant, tournant de gauche à droite. Son calibre est de 15,4 mm. Pour les canons de tous les modèles d'armes conçues ultérieurement suivant le système Dreyse, y compris le mousqueton de 1857, se retrouvent, outre le calibre, le nombre de rayures, le pas, le sens de rotation à droite. En avant, sur la face inférieure du canon se trouve la pièce de fixation de la baïonnette.

La boîte de culasse est en fer, la partie antérieure, taraudée reçoit l'extrémité fileté du canon. La portion postérieure comporte un tenon de recul qui s'encastre dans la poignée de la crosse. Sa face inférieure reçoit la gâchette et son ressort réunis en une seule pièce sur laquelle s'articule la détente. La boîte de culasse et le canon ne sont pas bronzés, ils demeurent polis blanc.

La composition du mécanisme peut se résumer à un jeu de quatre formes cylindriques creuses, de diamètres dégressifs, coulissant les une dans les autres. La boîte de culasse constitue ainsi la première pièce cylindrique, tandis que la culasse mobile, le manchon et le porte-aiguille représentent les autres.

La culasse mobile est un cylindre creux, muni d'un levier de manoeuvre, cette pièce forme l'unité la plus externe du mécanisme. La partie antérieure prolonge la chambre de combustion en coiffant l'extrémité postérieure conique du canon lors du verrouillage de la culasse. La partie interne de la culasse contient l'ensemble du mécanisme.

Le manchon est également creux et cylindrique, il présente à son extrémité postérieure une saillie permettant une meilleur prise pour faciliter la manoeuvre de cette pièce. Un ressort d'arrêt plat, cranté, complète cette pièce.

Le porte-aiguille qui reçoit l'aiguille, coulisse à l'intérieur du manchon. Un ressort à spiral, grande nouveauté dans la conception armurière de l'époque, propulse l'ensemble aiguille-porte-aiguille vers l'avant.

L'aiguille est l'élément le plus fragile du mécanisme. La partie postérieure en laiton se prolonge par l'aiguille proprement dite en acier.
La constitution de l'aiguille ainsi que la longueur de sa course dans la cartouche combustible, lors de la mise à feu, la rendent très fragile. L'encrassement rapide de l'arme pendant le tir et le recuit de l'acier accroisse encore les risques de rupture de cette pièce délicate.

Les organes de visée sont constitués d'un guidon nu et d'une hausse à cran de mire fixe (300 pas) et de deux lames pivotantes, 400 pas; 500-700 pas.

Les garnitures, à l'exception de la sous-garde et de la plaque de couche sont en laiton. Un embouchoir à deux bandes, une grenadière et une capucine assurent la fixation du canon sur la partie antérieure du fût.

Modifications:
Entre le début de la production du nouveau fusil léger à percussion et le milieu des années 1850, des transformations vont intervenir dans la fabrication de certaines pièces. Toutefois aucun document connu n'officialise ces modifications. A partir de 1847, le pontet prend une forme plus simple. La même année, après l'adoption de la balle cylindro-conique une nouvelle hausse est montée sur le canon.

Constructeurs:
Dreyse, Sömmerda.
Arsenaux d'Etat (Spandau, Oberndorf, etc....)

Marquages:
Sur la boîte de culasse, sur le côté gauche: Aigle Impérial ailes déployées avec FW dans les serres; la foudre entourant le nom de l'arsenal. Fabricant et en dessous Mod. 41.


Origine: www.lehussard.fr

Sur le pan supérieur droit du boîtier culasse: Habituellement deux dates, celle de sortie d'usine et celle du versement au corps.
Sur le tonnerre, poinçons contrôleurs (6), sur le pan opposé, N° matricule et FW couronné.
Sur la plaque de couche: Inscription régimentaire.


Origine: www.lehussard.fr

On retrouve également le numéro de série complet ou les deux derniers chiffres sur la totalité des pièces constitutives.