Animation
Saïga-12 K

Saïga-12 K


Caractéristiques:

Calibre: 12/70, 12/73 et 12/76.
Longueur crosse dépliée: 0,970 m.
Longueur crosse repliée: 0,725 m.
Longueur du canon: 430 mm.
Poids à vide: 4,00 kg.
Hauteur: 205 mm (sans chargeur).
Pays: Russie.

Généralités:
Cette arme semi-automatique a été développée par l'ingénieur en chef Besborodov. Extérieurement, sa fabrication est de bonne qualité, même si elle n'est pas au niveau des productions occidentales. Malgré les ressemblances avec l'AK version militaire, ce modèle civil n'en présente pas moins de sérieuses différences.

D'abord aux ressemblances, en dehors même de la forme générale. L'arme fonctionne par emprunt des gaz agissant sur la culasse rotative. Les culasses mobiles et les têtes de culasse en acier poli sont identiques dans leur conception. La culasse de calibre 12 est adaptée aux spécificités propres de la munition. La hausse à curseur est graduée de 100 à 800 mètres avec cran de mire carré. Le guidon monté sur rampe est protégé des chocs par deux oreilles métalliques.

L'arme possède un canon traité au chromé nickel. Ce traitement est généralement réservé aux armes sorties des usines des fabrications d'Etat.

Les modifications apportées sur cette arme par comparaison au modèle Saïga standard sont à la fois externes et internes. Extérieurement, l'engagement du chargeur est facilité par un boîtier dépassant l'arme de plusieurs centimètres. Ce dispositif de guidage permet un engagement correct du chargeur sans aucune recherche du point d'encliquetage. Ce montage ne gène en rien la manoeuvre du poussoir arrière de dégagement du magasin. Une seconde modification importante concerne le levier de la sûreté manuelle qui faisait office sur l'
AK traditionnelle de sélecteur de tir. Sur cette arme, ce levier en tôle fait place à un poussoir articulé et strié en arrière de la queue de détente. Son axe traversant bloque le mécanisme de détente. A ces deux transformations visibles, s'ajoutent deux modifications notables. La première concerne le bouchon de la valve de réglage des gaz qui n'est plus solidaire de l'ensemble mécanique. Cette demande a été effectuée pour en faciliter le nettoyage sans avoir recours à des outils spéciaux. La seconde modification joue sur la séparation des masses entre le piston et la culasse.

Un rail Picatinny prend place sur le dessus du boîtier de culasse. Il fait toute la longueur de la pièce de la hausse à l'extrémité arrière du couvercle. Un second rail a été monté sous forme de bague autour du canon juste en arrière de la verticale du cran de mire.