9 x 19 Coupe didactique
Glock 17

Glock 17

Glock 17

Caractéristiques:

Calibre: 9 mm.
Munition: 9 x 19
Longueur totale: 205 mm.
Longueur du canon: 114 mm.
Hauteur: 132 mm.
Epaisseur de la poignée: 32 mm.
Poids avec chargeur vide: 680 g.
Capacité: 17 cartouches.
Pays: Autriche.

Fabricant:
Glock G.m.b.h.

Généralités:
Lorsque l'armée autrichienne envisagea de remplacer le P. 38, les responsables militaires dressèrent un cahier des charges rappelant celui que l'U.S. Army avait établi en vue du remplacement du Colt modèle 1911 A1. Dans l'esprit de tous, il ne faisait aucun doute que le Steyr GB-80 partait gagnant.
La firme de Steyr possédait déjà le marché pour la fourniture pour le fusil d'assaut AUG 77, utilisable également en fusil-mitrailleur, et également celui du pistolet-mitrailleur MPi 69. Son statut de titanesque usine quasi nationale plaidait en sa faveur. Pourtant les militaires autrichiens optèrent pour le Glock 17 qui, outre son avance technologique évidente était moins cher que le GB-80.

Le Glock 17 est, en quelques sorte la synthèse de plusieurs pistolets automatiques: la carcasse, entièrement en matière plastique est directement inspirée de celle de l'Heckler & Koch VP 70 qui n'a jamais connu le succès qu'en escomptaient des créateurs. Le canon court et son verrouillage découlent de la famille des SIG P220 suisses. Quant à la platine mécanique, elle est extrapolée de celle du Roth Steyr 1907. Tous ces systèmes se retrouvent sur un pistolet très simple qui ne compte que 33 pièces simples regroupables en 6 sous-ensembles principaux:

- la carcasse:
- la platine mécanique,
- le canon,
- le ressort récupérateur et son guide,
- le chargeur amovible.

Description:
Carcasse:
Elle est entièrement réalisée en matière plastique noire injectée sous pression. Pour mieux assurer le guidage de la glissière et éviter l'usure, des inclusions métalliques sont noyées dans la matière plastique pour former des portions de rail. Toutes les autres parties métalliques, y compris la platine mécanique, sont rapportées et goupillées dans la carcasse. L'on trouve à l'avant le curseur de verrouillage, le bloc de verrouillage, l'arrêtoir de glissière et la platine mécanique. La queue de détente et l'arrêtoir de chargeur en matériaux de synthèse, sont également rapportés sur la carcasse. La poignée a fait l'objet d'une étude ergonomique poussée. Grâce à l'emploi intensif de la matière plastique, Glock a pu faire tomber le poids de la carcasse équipée à 145 grammes. Cette réalisation tout plastique de la carcasse n'est pas sans poser de problème aux forces de police qui demande qu'une inclusion métallique soit faite dans la poignée afin de rendre décelable le pistolet lors des contrôles radiographiques pratiqués dans les aéroports.

Platine mécanique:
Elle est du type à double effet et utilise le principe du pistolet Roth-Steyr modèle 1907. Si le recul éjecte l'étui vide et alimente l'arme de façon habituelle, l'armement se fait différemment, le marteau de percussion est tiré en arrière puis relâché en pressant la queue de détente comme sur un revolver sans chien extérieur. Une fois le marteau armé par la manoeuvre de la glissière, la queue de détente se déplace vers l'avant et sa course de 10 mm environ s'effectue sous une pression de 2,5 kg pour obtenir la mise à feu. L'arme est donc toujours à la sécurité mais en cas de raté de percussion, il sera impossible de tenter une deuxième percussion, tant que l'on n'aura pas reculé la glissière de 10 mm. Nouveauté, la sûreté articulée au milieu de la détente vient buter contre la carcasse tant que le doigt n'exerce pas une pression sur elle. Une goupille cylindrique solidarise la platine mécanique à la carcasse.

Canon:
Il est usiné dans un bloc d'acier à haute résistance. De section circulaire, il se termine à l'arrière par un renfort de chambre de section carrée. Ce renfort présente, à sa partir inférieure, une rampe d'alimentation venant prendre dans le bloc de verrouillage goupillé à la carcasse par l'axe de queue de détente. La partie supérieure de ce renfort présente un épaulement usiné servant au verrouillage et au centrage du canon.

Glissière:
Elle est usinée dans une ébauche en acier à haute résistance. Bien que de section carrée et d'allure assez moderne elle n'en reste pas moins d'un concept classique. Sa partie arrière contient le percuteur et son ressort, l'extracteur et son ressort ainsi que la sûreté de percuteur. Cette dernière limite la course avant du percuteur si elle n'est pas effacée. A noter que c'est l'enrayeur, actionné par la sûreté de percuteur, qui repousse la queue de détente vers l'avant en position d'armement. La large fenêtre d'éjection ouverte sur le dessus et sur le côté droit sert également au centrage et au verrouillage du canon. Aux extrémités de la glissière, l'on trouve, à l'avant, un guidon carré fixe à pastille blanche de visée et, à l'arrière, un cran de mire carré avec déroutage blanc. Monté à queue d'aronde sur la glissière, ce cran de mire est dérivable latéralement.

Ressort récupérateur et son guide:
Ils sont très classiques, le guide n'est pas en acier mais en matériau de synthèse.

Chargeur:
Il contient 17 cartouches de 9 mm Parabellum placées sur deux rangées en quinconce. Sur ce pistolet peu commun, il se devait, lui aussi d'être en matière plastique. Il se compose d'un corps injecté sous pression dans le quel se déplace, sous l'action d'un ressort spiralé, un élévateur, lui aussi en matière plastique moulé. Pour former les lèvres du chargeur une pièce en tôle est goupillée en haut à l'intérieur du corps. Le fond de chargeur démontable est également en matière plastique. Des trous de repérage numérotés, ménagés sur la face arrière du corps, permettent de juger à tout moment du nombre de cartouches contenues dans le chargeur.

Marquages:
Sur la glissière, côté gauche:



Sur la glissière, côté droit, sous la fenêtre d'éjection:

N° de série et poinçon du banc d'épreuve de Vienne.

Sur la carcasse, côté gauche de la poignée:



Sur le canon, sur le dessus du renfort de chambre, sur une ligne:

N° de série de l'arme et poinçon du banc d'épreuve de Vienne.